Posté par le 29 Avr, 2011 dans Recettes |

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes

cake 20 ans20 ans, toute une époque ! Je parle ici du magazine 20 ans à la sauce Isabelle Chazot, pas du magazine tout pourri qui paraissait encore il y a de cela quelques années. Non, le 20 ans de ma jeunesse, celui des années 90, déjanté, décalé, drôle et cul à souhait, avec un horoscope qui annonçait « Bélier, c’est un bon mois pour vous faire amputer », le courrier des lecteurs de Diastène, les pseudos des journalistes (Paul Pote, Eugène Mansfield, Kate Astroff…).

Il faudrait un livre pour parler de ce 20 ans là, et bien bonne nouvelle, vient de sortir aux Éditions Rue Fromentin « 20 ans, je hais les jeunes filles« … Il n’y a qu’à lire la couverture pour se replonger dans ce que fut le 20 ans dans les années 90 : Êtes-vous Frigide ? Vivre grosse, Août : les hommes mariés sont lâchés, Les hommes préfèrent les chieuses, Moches et sexy, ceux qui préfèrent les vilaines, Les beaux sont-ils de bons coups ?40 plans minables pour garder un mec, Je hais les jeunes filles…

Le livre (oui, je l’ai acheté) parle du journal, le recrutement de l’équipe, les tensions, les secrets de fabrication, à travers des témoignages de ceux qui faisaient ce 20 ans-là…
Et c’est avec délectation que j’ai lu ce livre sur les riches heures de ce magazine totalement inclassable, dont de jeunes lettrés se sont un jour emparés (c’était un magazine remarquablement bien écrit  et truffé de références littéraires !)… Et on ne peut s’empêcher de déplorer le triste sort de ce magazine et à sa fin, liée à la vente du groupe Excelior (propriétaire historique du titre), à la prise de pouvoir des régies publicitaires sur la presse qui auront raison finalement de l' »expérience « 20 ans.
On y trouve également quelques uns des articles un brin trash qui ont fait la réputation du journal à cette époque : les interviews « people » sont un délice (quand je lis les portraits de célébrités dans les autres magazines aujourd’hui, on se dit que ce type d’exercice est bel et bien impossible aujourd’hui).

Pour ma part, j’ai deux souvenirs bien précis de 20 ans : un article intitulé « Au secours, mon mec est une bombe » et des problèmes qui en découlaient (trop dure la vie) et surtout de la chute de l’article que je cite de mémoire : « les lendemains « saucisson », même les dieux ont des boutons ».

Et j’ai gardé dans mon cahier de recettes une photocopie d’une recette de cake aux fruits confits que j’utilise toujours aujourd’hui. Je ne me souviens plus du titre de l’article, mais c’était certainement quelque chose comme « Comment prendre 3 kilos avant l’été ». Dans ses interviews, Isabelle Chazot, la rédactrice en chef, rappelle combien elle était attachée à ce que le journal soit différent des autres magazines féminins, en ne donnant pas, par exemple, de conseils beauté sans une bonne dose de second degré, de recettes de cuisine… 20 ans te voici rattrapé par la recette du cake que je livre ici tel que, copyright 20 ans bien évidemment !

Cake

préparation et cuisson : 1h30
Ingrédients : pour 6 personnes :

– 125 g de beurre ramolli
– 125 g (7 à 8 cuillères à soupe) de sucre en poudre
– 225 g (7 à 8 cuillèresà soupe très pleines) de farine
– 3oeufs,
– 100g de raisins secs
– 100 g de fruits confits
– 1 cuillère à soupe de rhum
– 1/2 cuillère à café de levure chimique
– 1 pincée de sel

Matos
Un saladier, un moule à cake de 25 cm de long environ,une fourchette ou un fouet, papier sulfurisé.

Huile de coude
« Allumez le bas du fours, thermostat 6/7. pendant qui chauffe, battez le beurre et le sucre. Lorsque le mélange est crèmeux, incoporez les oeufs un à un, en fouettant vigoureusement entre chaque. pas de panique si ça granule, c’est normal. Incorporez ensuite farine, levure, refarine et sel. Continuez de touiller, ajoutez les fruits et le rhum. Tapissez le moule de papier sulfurisé puis beurrez légèrement. Versez-y la pâte et mettez au four. Au bout d’une vingtaine de minutes, le cake aura gonflé, fendez-le légèrement en longueur et réduisez la chaleur (thermostat 4). Laissez cuire encore encore 30 à 45 minutes. Plantez verticalement la lame d’un couteur dans le coeur du gâteau quand il est bien blond. Si elle sort nickel, c’est tout bon. »

20 ans, Je hais les jeunes filles

Editions Rue Fromentin
Ouvrage coordonné par Marie Barbier
20 euros

Pour en savoir plus : www.ruefromentin.com

A lire avec un mojito et forcément une bonne tranche de cake !

Et sur le sujet, j’ai beaucoup aimé le billet (et les commentaires des lectrices) de Géraldine Dormoy de Café Mode, à lire ici.

EstelleGPosté par Estelle G

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes