Posté par le 14 Juin, 2018 dans Recettes sucrées | 10 comments

5.00 avg. rating (97% score) - 5 votes

Je vais quitter un poste que j’occupe depuis près de 12 ans, et après pas mal d’hésitations, je me suis décidée à fêter mon départ avec mes (futurs anciens) collègues de bureau. Un pot de départ quoi…

Il n’ y a pas de bonne ou de mauvaise façon de partir après aussi longtemps, mais initialement, j’avais prévu de quitter tout ça un peu sur la pointe des pieds.

Devoir organiser un pot de départ avec chips, coca en bouteille de 2 litres + mousseux tiède, franchement, c’était non. L’année a été compliquée, je suis fatiguée, je n’ai aucune envie d’organiser quelque chose juste « parce qu’il faut bien le faire » …
Mais il a bien fallu que je me rende à l’évidence : partir sur la pointe des pieds quand tu as passé 12 ans dans la même entreprise, ça n’allait pas vraiment être possible. Et puis je suis un peu émotive comme fille (je pleure devant le début Des Gardiens de la Galaxie), donc niveau glandes lacrymales, j’étais un poil inquiète (après quelques années passées avec moi-même, je commence à me connaître).
Donc pas de curly, de bière, de coca, d’Icetea pêche et autres saloperies industrielles avec pesticides intégrés (parce que pour le même prix, on ne va pas se gêner). Si je fais quelque chose, je le ferai bien et à ma façon, sans conservateurs, sans colorant. Et je le ferai de mes petites mains.

L’idée du goûter maison comme je le fais depuis bien longtemps pour ceux qui sont invités chez moi comme pot de départ est arrivée assez vite :

– je peux le faire presque intégralement « maison » (oui parce que je ne me reconvertis pas dans la boulangerie et faire 70 croissants pour un petit déjeuner, ça allait être compliqué, surtout que je ne mange pas de viennoiseries, je petit déjeune salé. Et me mettre à brasser ma propre de la bière… bon ça demande une VRAIE réflexion (peut-on se reconvertir à 43 ans dans la bière quand on en boit pas ? Vous avez 2 heures).

– j’ai suffisamment de recettes en stock sur ce blog pour combler presque tout le monde (reste la question de mes collègues allergiques au gluten / lactose / fruits à coques / le combo soja+glutamate (coucou Manon) que je dois prendre en compte si je ne veux pas mettre à profit ma formation de sauveteur secouriste du travail,

– de mémoire, ça n’a jamais été fait (on a eu la crêpe party qui a fait sauter les plombs de tout l’étage…) et finalement, la tâche me parait assez simple : avec un bon fichier excel pour gérer les quantités et un peu d’huile de coude (je précise ici que j’ai fait moi-même mon buffet de mariage pour 70 personnes, en fait pas grand chose ne m’effraie en cuisine à part les macarons), je pense que je devrais m’en sortir. En plus d’être une fille qui n’a pas besoin de boire pour s’amuser, je suis également dotée d’une nature assez optimiste (sauf quand je prends l’avion), je suis plutôt organisée… Et un peu têtue,

– je pourrais faire de jolies photos pour mon  compte instagram (oui, on ne se refait pas).

Je sélectionne donc les gâteaux que je maîtrise très bien et que je peux presque faire sans recette (et qui généralement ne restent pas longtemps sur la table, mes best sellers en quelque sorte) :
le fondant au chocolat (je choisis une farine sans gluten, le sarrasin),
le gâteau au chocolat S-XL Konstantin Slawinski,
la tatin de framboises,
le kouign amann,
le cake au citron (la recette plus bas, je ne l’ai jamais publiée),
le monkey bread,
le marbré chocolat, pain d’épice cheesecake,
le clafoutis (c’est de saison),

et je commande par ailleurs 2 desserts que d’autres font franchement mieux que moi (je suis têtue mais je connais mes limites) :
– Le chiffon cake de Sébastien Bouillet,
– le cheesecake de Piece of Cake. Mais si tu veux vraiment le faire, j’ai une recette ici.

Pour les intolérants au gluten (outre le fondant que je tune à ma façon), je choisis quelques macarons de Sunny Bakery  : Solène qui  les réalise est intolérante au gluten, pas de risque de contaminations croisées sur ses macarons qui sont juste magnifiques (même si la recette de base de ce dessert est sans gluten). Je les trouve chez Violette et Berlingot (passage de l’Argue à Lyon) ainsi que des biscuits de Fabulous Biscuits avec la petite phrase de Mary Poppins (Superqualifragilisticexpialidocious).

les macarons Sunny Bakery par mon amie photographe Mélanie Creaplume

Le petit plus : j’ai dessiné au dos de chaque assiette en carton un petit quelque chose sur chaque participant (à voir en story sauvegardée sur mon compte instagram @quileutcuite)

La recette du cake au citron que j’utilise est celle de Daniel Gerkens (oui madame Zéro Sucre, mais vous allez lire la recette, vous verrez que ça n’a pas toujours été le cas).

Ingrédients:
175 gr de beurre mou
175 gr de sucre
5 oeufs
250 gr de farine
1/2 sachet de levure
3 zestes de citron bio et leur jus
150 gr de sucre glace
Fouettez le beurre et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter 5 œufs entiers et mélanger. Ajouter la farine, le 1/2 sachet de levure chimique et les zestes de citron. Faire cuire votre appareil à 180 degrés pendant 45 min. 5 minutes avant la fin de la cuisson mélangez votre sucre glace avec le jus des citrons. Piquez votre cake chaud de nombreux trous et verser le sirop. Laisser refroidir dans le moule.

Et alors, ce pot de départ ?

1,5 kg de farine, 1,2 kg de sucre, 1,220 kg de beurre et 600 gr de chocolat plus tard, il n’est plus rien resté, je n’ai pas eu le temps de faire des photos, mais ça y est j’ai fait mon goûter / pot de départ comme je le voulais.
Je n’ai pas pleuré (c’est pas passé loin), j’ai été bien gâtée (un gaufrier Lagrange attend sagement d’être étrenné) et j’ai essayé de faire de ce cet événement forcément un peu particulier un moment de bonne humeur et de partage.

12 ans c’est presque l’âge de ce blog, et il ne serait pas là si deux gentils collègues ne l’avaient pas monté avec moi. J’écris seule aujourd’hui, mais je n’oublie pas ceux qui ceux ont œuvré à la base avec moi. C’est long 12 ans (surtout quand tu prépares tes archives : naaan mais j’ai fait tout çaaaa…) mais finalement, c’est passé bien vite. Certainement aussi parce que ces 12 années correspondaient aux années où j’ai eu mes deux enfants (je sens que l’adolescence, je vais beaucoup plus la sentir passer et bonne nouvelle, ça dure maintenant jusqu’à 25 ans).

A vous tous que j’ai côtoyé pendant toutes ces années, je ne vous oublierai pas : merci pour tout.

Nouveaux collègues si vous passez par ce blog, vous savez donc à quoi vous attendre !

 

5.00 avg. rating (97% score) - 5 votes