Posté par le 9 Juil, 2013 dans Recettes sucrées | 8 comments

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes

Au cas où vous ne l’auriez pas vu QuileutCuit est dans le magazine les 69èmes ce mois-ci (page 123 pour être précise).

Avec cette recette de tatin de framboises (succès assuré croyez-moi) ! 

Et nous y sommes avec d’autres blogueuses culinaires (ou pas) lyonnaises (comme Steph à table dont nous jalousons secrètement les photos 8) ) mais également Johanna de Mon petit nuage et Alexandrine de Artlex. La recette d’Alexandrine pour les 69èmes est un rainbowcake qui a tout de suite tapé dans l’œil de ma Raiponce (ma fille qui ne s’appelle pas vraiment Raiponce mais je vous laisse revoir ce billet pour les explications).

« Regarde ma puce, c’est le gâteau de Maman dans le journal »

(elle regarde sans rien dire et puis elle se met à tourner les pages…)

« Oh regarde Maman c’est le gâteau de Rainbow Dash ! Comme il est joli, je veux pour l’anniversaire à l’école en plus du gâteau Kitty, siteuplé Maman dis oui »

Rainbow Dash, c’est lui, pour celles et ceux qui ne savent pas…

Raiponce venait de tomber nez à nez avec cette belle photo de rainbowcake, le gâteau photogénique qui a envahi les réseaux sociaux ces derniers mois avec des réalisations parfois un peu hasardeuses  (tapez « Rainbowcake » dans Google images pour vous en convaincre…).

Me voila donc partie dans la confection d’un rainbow cake, un gâteau « Youpi l’arc en ciel » en suivant la recette d’Alexandrine, et j’avoue que j’étais un peu sur la réserve. Pas sur la composition et la réalisation de sa recette (la base est simple, c’est celle d’un gâteau au yaourt) et la recette d’Artlex a l’avantage de ne pas utiliser de glaçage « à l’américaine » qui plombe souvent l’ensemble. Donc à mon goût plus simple et plus sain également, surtout pour amener à l’école. Oui même si les consignes des maîtresses sont d’apporter des gâteaux industriels (pouhaaa les vilains mots), j’ai du mal à m’y résigner. Jusqu’ici tout va bien.

En fait, je me suis retrouvé un peu bête avec l’utilisation de colorants alimentaires, car pour être honnête, en la matière, je suis novice qu’il s’agisse de colorants alimentaires liquides, en poudre, ou en gel. Je cherche si des colorants alimentaires existent bio, mais je n’ai rien trouvé (on me répond d’acheter un extracteur de jus… d’accord d’accord…), et si Dame Nature nous a donné la cerise et la myrtille pour tâcher nos mains et nos vêtements, les couleurs des jus de fruit s’estompent rapidement à la cuisson. Je regarde pour acheter des colorants en poudre et les quantités proposées dans le commerce  me semblent hallucinantes (je ne compte pas faire de la pâtisserie de toutes les couleurs régulièrement).
Pour ce 1er essai de rainbow cake, j’opte donc pour le format le plus simple et le plus économique, avec des colorants Vahiné (rouge, bleu, jaune) que l’on trouve partout pour moins de 2 euros.
Et là, j’avoue que j’ai eu l’impression de jouer à la patouille, à la marchande de couleurs, une sorte de trip psychédélique à ma modeste échelle (et que je te mélange les couleurs pour faire de l’indigo et du orange, ah tiens, c’est pas tout à fait ce que j’espérais une fois dans la pâte, arrrgh plus assez de rouge, gniii mon rouge cuit est rose) et je j’ai eu un peu l’impression de faire une grosse expérience culinaire régressive du type « Je fais un spacecake pour enfants ».

Au final, je n’ai pas eu tout à fait assez de colorant : le rouge n’a pas très bien pris, le bleu à viré turquoise (plutôt joli ceci étant), plus assez assez de rouge pour faire le orange, l’indigo est trop bleu…

Donc quelques conseils si comme moi vous voulez vous lancer dans le rainbow cake : si vous souhaitez réaliser un gâteau arc en ciel en suivant cette recette (succès assuré dans les classes de maternelle), un premier conseil : pensez à prendre deux paquets de colorants alimentaires liquides pour des couleurs un peu soutenues ou passer directement aux colorants alimentaires en poudre (investissement un peu plus important, plutôt autour de 12 euros pour un pack de 3 colorants, à voir si vous comptez les réutiliser) ou en gel.

Pour la réalisation du gâteau lui-même, il s’agit de cuire séparément des couches de pâtes colorées, pensez juste à avoir ou à vous faire prêter au moins deux plats antiadhésifs de même dimension (oui, on a rarement 6 fois le même plat à gâteau chez soi ou alors on est pâtissier…)

Donc, au final, rien de sorcier, une drôle d’expérience, et les yeux tout pétillants de ma fille quand elle a amené son gâteau à l’école et qu’elle l’a montré à sa maîtresse…
Et bien entendu, son grand frère veut le même pour son anniversaire.

Et vous savez quoi ? J’ai remis ça avec les colorants lors d’une soirée où j’ai appris a dresser une sweet table avec Justine de la Boutique La Barbe à Papa à Lyon et ou j’ai rejoué avec des colorants (en gel cette fois) pour faire un biscuit en forme de tong avec Fabienne de Fabulous Biscuits.

Bon je ne suis pas encore au point ni sur le dressage de la sweet table ni sur la confection de « cute biscuits » (ma tong a un peu la varicelle), mais tout ceci me laisse une marge confortable de progression.

Un billet coloré comme une boîte de smarties qui a fondu au soleil, que je dédie bien entendu à ma fille qui a tout juste 4 ans aujourd’hui.Parce que ma fille c’est sûr : She’s like a raimbow !

EstelleGPosté par Estelle G

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes